Arvernes

Cité

Affichage de 21 à 40 sur 57 notices
Titre Bilan
Courpière
Gannat

Dans leur étude des centres de production de céramique du département de l'Allier, D. Lallemand et P. Vallat posaient la question d'une agglomération ou d'une villa en ce qui concerne l'atelier du faubourg Saint-Etienne. Les deux sites mis au jour au nord livrent des vestiges qui semblent caractéristiques d'une villa : marbre, statuaires, hypocauste, antéfixe, meules. L'épandage de mobilier observé dans le bourg de Gannat, au niveau de la place de
l'église est lui aussi bien insuffisant pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération. De fait, il semble plus honnête de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Gelles

Les découvertes sur la commune sont insuffisantes, actuellement, pour maintenir l'hypothèse d'une agglomération (fiabilité 0 des sites rejetés). Cependant, la présence, semble-t-il d'une importante nécropole (cette importance reste cependant à définir) qui ne pourrait être liée à un simple habitat rural isolé et le passage de la voie pourrait étayer l'idée de l'installation d'une agglomération, première à l'ouest de la chaîne des puys sur l'axe Clermont-Saintes.

Issoire
La Chapelle-Laurent

Les découvertes faites sur la commune par A. Vinatié et publiées par ce dernier ont toutes été reprises, complétées et relocalisées au besoin par K. Prêtre dans le cadre d'un mémoire de maîtrise en 2005, sous la direction de F. Trément. Les interprétations qu'elle propose pour chaque site ne semblent pas pouvoir être remis en question en l'état des données archéologiques disponibles. L'ensemble des sites mis au jour par A. Vinatié est repris de manière critique par K. Prêtre et correspond à des occupations de type habitat rural agricole, voire villa pour l'un d'entre eux. Au regard des inventaires de mobilier disponible dans le mémoire et issu des dépôts du musée de Saint-Flour et des prospections de K. Prêtre, il paraît difficile d'aller au-delà et de proposer la localisation d'une agglomération antique à l'emplacement de l'un de ces sites. De fait, il convient, en l'état actuel, de classer cette proposition au niveau de fiabilité 0 des sites rejetés.

La Roche-Blanche
Lapalisse
Lastic

Les données archéologiques disponibles sur ce site sont malheureusement insuffisantes (fanum, voie) pour justifier l'hypothèse d'une agglomération. Seules de nouvelles recherches sur l'environnement immédiat du fanum permettraient d'appréhender le contexte archéologique. De fait, il convient, par prudence et en l'absence d'attestation archéologique suffisante, de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Le Broc
Le Mont-Dore
Le Monteil
Les Martres-d'Artière

L'occupation antique sur la commune des Martres-d'Artière est riche et de mieux en mieux connue par l'apport de l'archéologie préventive et aérienne. Cet apport récent (2003, 2004 et 2009) permet d'interpréter les sites mis au jour comme une villa viticole (Champ Chalatras), une structure antique peut-être en lien avec la viticulture (Le Marais) et un sanctuaire (La Borde). Malgré la relative proximité de ces vestiges, d'un four de tuilier et de nécropoles, il ne semble pas envisageable de proposer l'existence d'une agglomération à la lecture de ces vestiges dont l'interprétation ne fait aucun doute. De fait, il convient de classer cette hypothèse au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Les Martres-de-Veyre
Lezoux
Massiac
Mauriac
Mazaye

Les informations archéologiques disponibles pour le secteur de la Croix de Couheix restent faibles pour pouvoir avancer la présence d'une agglomération antique. Même si une occupation a bien été démontrée, les données disponibles sont trop limitées pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération, uniquement fondée sur la mesure de distance sur la Table de Peutinger (Clémençon, Ganne 2009 : 161). Il semble alors plus prudent, dans l'attente de nouvelles découvertes qui viendraient enrichir ce dossier, de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Moissat

Les découvertes sur la commune de Moissat, ne permettent pas de soutenir la proposition d'une agglomération antique. Si la commune est riche de sites romains, leur dispersion sur le territoire de la commune et les données archéologiques disponibles attestent une mise en valeur importante de la plaine par un maillage d'habitats ruraux dont les plus importants peuvent être interprétés comme des villae. De fait, il convient de classer cette proposition au
rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Molompize

Les découvertes, très dispersées sur la commune, attestent vraisemblablement d'une mise en valeur du territoire par un semi de petits habitats ruraux. Aucune découverte ne permet, actuellement, de soutenir l'hypothèse d'une agglomération antique sur cette commune. De fait, il est préférable de classer cette proposition au niveau de fiabilité 0 des sites rejetés.

Montchamp

Le passage de la voie et la découverte de mobilier antique à proximité en accompagnement de murs en pierres sèches ne permettent pas de justifier archéologiquement la présence d'une halte routière comme proposé dans la bibliographie. En l'absence d'éléments plus précis, il semble raisonnable de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et peut-être de proposer l'interprétation d'habitat rural dans la mesure où les découvertes
archéologiques sont insuffisantes pour proposer une interprétation fonctionnelle.

Pages