Salon-la-Tour

Identification


Numéro INSEE : 19250
Numéro CAG :
Protection :
Cité : Lémovices
Département : Corrèze
Commune : Salon-la-Tour
Classification fonct. : NC
Fiabilité agglomération : Niveau 0
Recherches en cours :
Etat de la fiche : En cours

Environnement géographique


Situation :

La commune est située au nord-ouest du département de la Corrèze, proche de la limite avec le département de la Haute-Vienne. Elle est longée par l'autoroute A20, à égale distance entre Limoges, au nord, et Brive-la-Gaillarde, au sud.

Topographie et altitude : 390 m
Réseau hydrographique:
Environnement géographique :

Le bourg (390 m d'altitude) est installé en bas de pente sud d'un plateau (471 m) qui domine la petite vallée du Baracas. Au sud, la commune est dominée par le puy Roger (434 m).

Géologie : gneiss micaschisteux à deux micas, migmatites (anatexites grises ou roses de Meuzac) associées aux gneiss clairs isogranulaires à lépidomélane et localement amphibole verte.

Historique des recherches


La majorité des découvertes réalisées sur cette commune sont le fait de campagnes de prospections menées à la fin des années 1980 et au début des années 1990 notamment par J.-M. Desbordes. L'ensemble des connaissances a été synthétisé dans une étude d'impact en 1992 en préalable des travaux de l'autoroute A20. L'hypothèse d'une agglomération antique trouve son origine dans l'analyse que fait M. Villoutreix en 1981 dans les Travaux d'Archéologie Limousine, du nom Celom, forme ancienne de Salon, qu'il rattache aux noms en –magus qui laisserait supposer la présence d'une agglomération.

Sources


Chronologie


Topographie


Réseaux - Voies terrestres :
Identifiant Itinéraire
SALON-VoieTerr-01
SALON-VoieTerr-02
SALON-VoieTerr-03
Organisation - Edifices religieux et nécropoles - Sépulture isolée :
Type de sépulture Contenant Coffre funéraire
Incinération Oui
Incinération Oui

Activités, productions et échanges


Le territoire


Habitat rural :

Les prospections menées par J.-M. Desbordes (1991) ont permis de localiser plusieurs points d'occupation antique sur la commune. Ces derniers se matérialisent par la présence de tegulae et de substructions. En l'état actuel des données, ces sites ne peuvent être considérés que comme des structures d'habitats ruraux.

Les études d'impact préalable aux travaux de l'A20 ont permis de mettre au jour un drain qui a livré quelques tessons antiques (Maynard 1992).

Synthèse


Bilan :

Actuellement, les données archéologiques sur la commune sont insuffisantes pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération uniquement supposée à partir d'une analyse toponymique et étymologique. Les études réalisées montrent une occupation du sol de type rural pour l'Antiquité avec plusieurs habitats dispersés sur le territoire.

Bibliographie


Desbordes J.-M. (1991) Prospection inventaire du pays d'Uzerche. Limoges : SRA Limousin.

Desbordes J.-M., Lagarde L., Saulière D. (1992) Sitologie de l'habitat rural en pays d'Uzerche : ébauche d'une problématique. Travaux d'Archéologie Limousine, 12, p.133‑141.

Lintz G. (1992) Carte Archéologique de la Gaule, La Corrèze. Paris : Maison des Sciences de l'Homme.

Maynard G. (1992) Autoroute Masseret-Uzerche. Rapport d'impact archéologique. Limoges : SRA Limousin.

Villoutreix M. (1981) Lieux de marchés en Limousin. Toponymie et archéologie. Travaux d'Archéologie Limousine, 1, p.91‑100.