Thiers

Identification


Numéro INSEE : 63430
Numéro CAG : 430
Protection :
Cité : Arvernes
Nom médiéval : Castrum Thigernum
Département : Puy-de-Dôme
Commune : Thiers
Classification fonct. : NC
Fiabilité agglomération : Niveau 0
Recherches en cours :
Etat de la fiche : En cours

Environnement géographique


Situation :

La commune est située à l'est du département du Puy-de-Dôme, dans la partie nord du parc naturel régional du Livradois-Forez.

Réseau hydrographique:
Environnement géographique :

Topographie et altitude : La ville de Thiers est située pour partie sur les contreforts du massif des Bois noirs et des monts du Forez, pour partie dans la plaine de la Dore. La géographie de Thiers est marquée par son étagement le long des collines escarpées surplombant la vallée de la Durolle. L'altitude du bourg varie de 300 m à 500 m.

Environnement géologique : Microgranite monzonitique, porphyrique à biotite. Produits résiduels et colluvions de sables argileux à galets, dérivant des formations détritiques oligocènes.

Historique des recherches


Il y a peu de découvertes antiques sur la commune. Seuls quelques fragments de céramique sont signalés en plus de la découverte « d'objets romains » dans l'église du Moutier, signalée par J.-B. Bouillet en 1874.

Sources


Textes:

Grégoire de Tours, Le Livre des Martyrs, 66 : « Tout récemment, dans la partie du territoire de cette cité d'Auvergne qui avoisine le château de Thiers, le saint du lieu, saint Genès, se manifesta de cette manière » (Tours (de) 2003 : 113).

Epigraphie:
CIL ILA Texte Type d'inscription
Funéraire

Chronologie


Topographie


Activités, productions et échanges


Le territoire


Habitat rural :

Un diagnostic, mené en 2010 par F. Baucheron (INRAP), a révélé la présence d'une occupation rurale (tuiles, céramique, puits en galets) du IIe siècle dans l'angle de la parcelle de l'avenue du Général du Gaulle.

Synthèse


Bilan :

Si l'occupation groupée mérovingienne est bien attestée par les textes, une éventuelle origine antique ne semble pas évoquée. Cette absence de données textuelles sur une occupation antique est corrélée par la quasi-absence de données archéologiques. Il semble donc difficile de soutenir l'hypothèse d'une agglomération antique sur le seul fait d'un castrum mérovingien. Ainsi, il convient de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Bibliographie


Fournier G. (2011) Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le Haut Moyen-Age 2011 (3e) éd. Clermont-Ferrand : Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand.
Fournier P.-F. (1961) Informations archéologiques. Gallia 19 (2) : p.367.
Mondanel C. (1982a) Nécropoles et sépultures gallo-romaines en Auvergne. Volume 1 : Répertoire des nécropoles et des sépultures gallo-romaines découvertes en Auvergne. Thèse de IIIème cycle. Clermont-Ferrand : Blaise Pascal - Clermont II.

Mondanel C. (1982b) Nécropoles et sépultures gallo-romaines en Auvergne. Volume 3 : Synthèse. Thèse de IIIème cycle. Clermont-Ferrand : Blaise Pascal - Clermont II.
Provost M., Mennessier-Jouannet C. (1994) Carte archéologique de la Gaule, Le Puy-de- Dôme (63/2). Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres.
Tours (de) G. (2003) Le Livre des Martyrs. Traduction d'Henri Bordier. Clermont-Ferrand : Paléo.