Creuse

Département

Affichage de 1 à 15 sur 15 notices
Titre Bilan
Ahun

Il s'agit sans doute de l'une des plus importantes agglomérations de la cité des Lémovices. Si beaucoup d'éléments funéraires ou architecturaux sont en remploi dans le bourg et fournissent un aspect de la monumentalisation du site, ils apportent peu d'informations sur la morphologie. Différents espaces (funéraires, thermaux, habitats) se dessinent sans pour autant fournir une riche information sur la structuration de l'agglomération, la densité de l'occupation et l'urbanisation de cette dernière. Il ne fait cependant pas de doutes qu'une agglomération est installée à cet important carrefour routier et l'on peut la classer au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées.

Crozant

Cette proposition de G. Lintz (information orale, installation comparable à celle d'Uzerche), en raison d'une longue occupation de l'éperon du Néolithique au Moyen Âge (avec cependant une lacune à l'Âge du Fer et au Haut-Empire), n'est pas suffisamment documentée archéologiquement pour dépasser l'interprétation comme occupation rurale du Bas-Empire attestée par de la céramique sigillée d'Argonne et quatre monnaies. Une reprise des travaux sur l'éperon permettrait peut-être de mieux appréhender l'ensemble de l'occupation et de la caractériser pour chaque phase chronologique. En l'état actuel des connaissances il convient donc de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

G. Lintz présente l'ensemble du mobilier découvert dans l'ouvrage Crozant. Etudes archéologiques (Collectif 1985 : 138-140).

Evaux-les-Bains
Gouzon
Guéret

Les découvertes, malgré leur richesse, ne sont pas suffisantes pour attester d'une agglomération. Il est certain qu'une occupation dense dans le secteur de Guéret soit envisageable, celle-ci semble ancienne et structurée (oppidum), malheureusement les découvertes restent trop faibles pour permettre une caractérisation correcte. Si l'on peut espérer que le développement de l'archéologie préventive apporte de nouvelles données exploitables, il reste difficile actuellement de maintenir la proposition d'une agglomération sur cette commune. De fait, il est préférable de classer ce site au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

En 1984, D. Dussot proposait différentes interprétation dont celle d'un relais routier sur la voie Ahun-Bridiers. Il émettait cependant un doute en raison de la faible superficie des vestiges : 20 m².

La Souterraine

Même s'il est encore difficile de bien appréhender la morphologie de l'agglomération et la densité de l'occupation, il ne fait aucun doute qu'une ville antique soit présente à Bridiers. Les quelques fouilles menées et les différentes découvertes dans le bois montrent une intense occupation structurée du Ier au IIIe siècle. Il s'agit, malgré tout, sans doute, de l'une des agglomérations les mieux connues de la cité des Lémovices, qui, de fait, est classée au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées.

Tableau d'équivalence des numéros de structure :

Id. Vicus De Beaufort Janicaud Flécher Beausoleil Interprétation
Ancienne route de Guéret 23 1   21 Citerne
  14 6   15 Bâtiment / espace public
  11 2   4 Place
LASOUT-Cultuel-01 10 4   3 Lieu de culte
LASOUT-Cultuel-02   5   20 Lieu de culte
LASOUT-Cultuel-03   NULL     Lieu de culte
LASOUT-Nécropole-01         Nécropole
LASOUT-Nécropole-02 17 C1   9 Nécropole
LASOUT-Nécropole-03 15 C3   7 à 24 Nécropole
LASOUT-Nécropole-04 19 C4   2 Nécropole
LASOUT-Nécropole-05 5     27 Nécropole
LASOUT-Nécropole-06         Elément funéraire (UP70)
LASOUT-Nécropole-07         Elément funéraire (2011)
LASOUT-Nécropole-08         Pb localisation = Nécropole-02 ?
LASOUT-Nécropole-09 21 C2   12 Nécropole
LASOUT-Nécropole-10 9 C5     Nécropole
LASOUT-Nécropole-11         Gros Buisson

 

Id. Vicus De Beaufort Janicaud Flécher Beausoleil Interprétation
LASOUT-Habitat-01   2     Bâtiment
LASOUT-Habitat-02 12 3   5 Bâtiment
LASOUT-Habitat-03   8   8 Bâtiment | LiDAR
LASOUT-Habitat-04 20 9   11 Bâtiment | LiDAR
LASOUT-Habitat-05   10   15 Bâtiment | LiDAR
LASOUT-Habitat-06 à 8   V, V', V"   6, 16, 18, 19 Bâtiments
LASOUT-Habitat-09     1   Habitat
LASOUT-Habitat-10     2   Habitat
LASOUT-Habitat-11     3   Habitat
LASOUT-Habitat-12     4   Habitat
LASOUT-Habitat-13     7   Habitat
LASOUT-Habitat-14     8   Habitat
LASOUT-Habitat-15     9   Habitat
LASOUT-Habitat-16     10   Habitat
LASOUT-Habitat-17         MJC 1973
LASOUT-Habitat-18         UP 70
LASOUT-Chaux-01     5    
LASOUT-Stockage-01     6    
LASOUT-Verre-01         Baret 2011
  8     1 Clé en fer (hostiarus de Fesneau)
  13     25 Balnearium de Fesneau
  18       Atelier monétaire
  22       Tour de 27 m de circonférence
Ladapeyre

L'étude du site des Montceaux, à travers trois campagnes de prospections géophysiques, a singulièrement renouvelé notre vision et notre interprétation du site. Cette découverte est parallèlement d'un apport substantiel pour l'étude des formes de l'habitat rural de la cité des Lémovices puisque le site correspond à l'une des rares villae à pavillons multiples alignés connues pour la Gaule Aquitaine et plus encore pour le territoire de la civitas. Elle complète de manière majeure, avec celle de Malemort-sur-Corrèze (Hanry-Besombes 2007 ; Hanry 2014), la liste établie en 2010 (Ferdière et al. 2010).

La cartographie des anomalies observées en 2014 et celles observées en 2016 montre le parfait fonctionnement dans un ensemble cohérent de la pars urbana (env. 3 500 m²) et de la pars rustica, selon une orientation comprise entre 12°E et 15°E.

Si l'on recherche quelques exemples de comparaisons dans le corpus publié de ce type d'établissement (Ferdière et al. 2010), avec des dimensions comprises entre 570 et 600 m de longueur, entre 100 et 160 m de largeur, et entre 5,7 et 9,6 ha de superficie, le site de Ladapeyre, sans en être l'exemple aux dimensions les plus importantes (15 ha, avec une moyenne à 6,5 ha) rejoint le groupe des plus importantes constructions :

- 1Aa.02 – Arpheuilles « La Mazère » (Indre) : 500 x 170 m ; p. 360
- 1Aa.04 – Avrolles « Fontaine des Martyrs » (Yonne) : 520 x 140 m ; p. 361
- 1Aa.16 – Dietikon (Suisse) : 650 x 200 m avec fanum dans la cour agricole ; p. 363
- 1Aa.31 – Levet « Le Champ des Pois » (Cher) : 600 m de longueur ; p. 366
- 1Aa.47 – Port-sur-Saône « Le Magny » (Haute-Saône) ; p. 369

Concernant la pars urbana avec une organisation du bâtiment en 3 principaux corps, quelques exemples complémentaires peuvent servir de comparaison :
- 1Aa.11 – Land de Sarre « Borg » (Allemagne) : 450 m de longueur et 150 m de largeur avec une pars urbana (< 3 000 m²) organisée en trois corps de bâtiment autour d'une cour à galerie ouverte en direction de la pars rustica.
- 1Ab.18 – Echternach (Luxembourg) : 500 m de longueur et 100 m de largeur avec une pars urbana (env. 9 000 m²) organisée autour d'une cour à péristyle ouverte vers la pars rustica.
- 1Aa.23 – Gigny « Puits de Jarcey / Goulot de Montmoreau » (Yonne) : 700 m de longueur et 200 m de largeur avec une pars urbana (env. 5 600 m²) autour d'une cour à péristyle.
- 1Aa.34 – Liéhon « Larry » (Moselle) : 450 m de longueur et 125 m de largeur avec une pars urbana (env. 5 600 m²) organisée autour d'une cour à galerie ouverte vers la pars rustica.

Le Grand-Bourg
Mainsat
Pontarion

L'importante nécropole est certainement liée à une vaste occupation antique à proximité. Les découvertes de structures en contrebas, le long de la voie de Lyon à Saintes, à proximité d'un carrefour semble attester l'existence d'un habitat. Cependant, en l'absence d'éléments suffisants sur sa caractérisation, sa superficie, sa morphologie, il convient de classer ce site au rang de fiabilité 1 des sites hypothétiques dans l'attente de précisions complémentaires.

Saint-Goussaud

S'il est tentant de classer cette proposition au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées en raison de la présence d'un sanctuaire et d'un théâtre au carrefour de plusieurs voies, l'absence de structures d'habitat connues pose cependant question. Plusieurs mentions de découvertes de tuiles et de céramique à proximité tendent néanmoins à montrer que ces constructions ne seraient pas isolées avec presque 20 bâtiments signalés par l'abbé Dercier. Seules des campagnes de sondages, sur le modèle des diagnostics, dans les espaces boisés permettraient de confirmer ces hypothèses. Une reprise des fouilles des édifices connus assurerait une meilleure connaissance du théâtre qui continue à interroger les chercheurs comme lors du colloque sur les villes et agglomérations du sud de la Gaule, tenu en 1990 à Bordeaux, en raison de sa petite taille et de la faible qualité de sa construction.

Synthèse des bâtiments mentionnés (en dehors du théâtre et du temple) :

Num. Bâtiment

Type Nombre de salles

Dimensensions

STGOU-Habitat-04 Habitat ? 1 3 x 3 m
STGOU-Habitat-05 Habitat ? 8 Longueur : 15,60 m
STGOU-Habitat-06 Habitat ?   20 m²
STGOU-Habitat-07 Habitat ?    
STGOU-Habitat-08 Habitat ?    
STGOU-Habitat-09 Habitat ?    
STGOU-Habitat-10 Habitat ?    
STGOU-Habitat-11 Habitat ?   5,60 x 4,80 m
STGOU-Habitat-12 Habitat ?    
STGOU-Habitat-13 Habitat ?    
STGOU-Habitat-14 Habitat ?    
STGOU-Habitat-15      
STGOU-Habitat-16 Habitat ?    
STGOU-Habitat-17 Habitat ?   2 x 9 m ?
STGOU-Habitat-18 Habitat ?   1,5 x 1 m (forme ovale)
Saint-Pierre-Bellevue

La présence d'un important sanctuaire n'est pas suffisant pour attester d'un habitat groupé, même si ce dernier semble implanté à proximité d'une importante voie antique et d'un axe pré-romain. Cependant, les prospections menées aux alentours du sanctuaire montrent la présence récurrente de vestiges (moellons, tegulae, céramique) attestant soit de l'épandage du mobilier issu du sanctuaire soit la présence d'autres bâtiments (habitats liés au fonctionnement du site, auberge pour les pèlerins, …), seules des fouilles permettraient cependant de répondre à cette question.

En l'état actuel du dossier archéologique, il semble raisonnable de classer ce site au rang de fiabilité 0 des sites rejetés, mais de garder le dossier ouvert, car il semblerait étonnant que ce type de structure n'agrège pas un habitat, ne serait-ce que lié à son fonctionnement.

Saint-Yrieix-La-Montagne

La faiblesse des découvertes sur cette commune ne permet pas de préciser si une agglomération antique est présente. Cette suggestion de G. Lintz est difficile à étayer et il est sans doute plus prudent de proposer un classement au rang des sites rejetés malgré la relative importance de la nécropole qui pourrait correspondre à une petite nécropole d'habitats isolés (Lintz 2009 : 168).

Savennes

Il est difficile de présenter une interprétation pour ce site. L'hypothèse d'une agglomération proposée par G. Lintz (information orale) semble délicate à soutenir. Si une nécropole d'une relative importance (une vingtaine d'incinérations) a été observée à proximité d'un habitat, ce dernier a été interprété comme une villa et il est difficile à partir des données disponibles (anciennes et peu précises) de revenir sur cette interprétation. Les outils agricoles découverts au sein de la nécropole soutiennent cette association avec un habitat rural. Aussi, il est sans doute plus prudent de ne pas retenir ce site comme agglomération et d'associer cette petite nécropole à l'habitat rural proche. De fait, cette proposition est donc classer au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Toulx-Sainte-Croix