Haute-Vienne

Département

Affichage de 1 à 15 sur 15 notices
Titre Bilan
Berneuil
Bersac-sur-Rivalier
Bessines-sur-Gartempe
Blond

Les nombreuses découvertes, sur une importante superficie dans le Bois de la Tourette, et l'exploitation minière intensive de la zone attestent d'une implantation humaine fortement structurée et organisée. Il s'agit certainement d'un habitat groupé dont nous ne percevons actuellement que ponctuellement son organisation et son importance dans les activités d'extraction minière. Il ne fait que peu de doute sur le fait que ce site puisse correspondre à une agglomération (2 - habitat groupé avéré) qui connaît une pérennité de son occupation (avec un déplacement ?) à la période mérovingienne.

Cependant, il faut bien noter que nous ne possédons actuellement aucun plan d'ensemble des vestiges même si le levé LiDAR mené en 2017 commence à faire apparaître l'extension précise de l'agglomération. Il reste encore beaucoup de questions concernant la morphologie de l'agglomération et les activités complémentaires qui pouvaient prendre place aux côtés de l'exploitation minière.

Les sondages menés en 2018 confirment l'occupation antique et la présence de bâtiments de construction soignée et confortable (maçonnerie en béton, béton de tuileau, hypocauste). Cependant, les sondages ont aussi montré un très fort remaniement du site en raison d'importantes campagnes de fouilles clandestines dans les années 1960-1970 pour lesquelles nous ne disposons d'aucune archive. L'état du site, pour la partie habitat, rend difficile d'envisager une prolongation des travaux de terrain. Seul une ouverture systématique à la pelle mécanique des amas de blocs et de TCA pourrait éventuellement conduire à localiser des constructions encore partiellement conservées mais actuellement invisibles. Des travaux devraient cependant être conduits par B. Cauuet sur les chantiers miniers qui apparaissent, en surface, mieux conservés.

Château-Chervix
Châteauponsac
Darnac

L'hypothèse d'un habitat groupé sur cette commune est avancée par J. Perrier en 1989 à partir de la monnaie qui attesterait un vicus mérovingien et qui, pour l'auteur, pourrait être d'origine antique (Perrier 1993 : 71).

L'attestation d'un vicus mérovingien par la découverte d'une monnaie reste hypothétique et l'attribution de son origine à l'Antiquité l'est encore plus, d'autant qu'aucune découverte n'est enregistrée ni dans Patriarche, ni dans la CAG, ni dans aucune référence bibliographique consultée.

Limoges
Pierre-Buffière

Les vestiges découverts sur cette commune correspondent à une importante villa bien que J.-M. Desbordes (2014 : 107) récuse cette interprétation au profit de plusieurs autres hypothèses qui ne sont appuyées que par une lecture liée au passage hypothtétique de la voie de Limoges à Cahors : mutatio située à 18 km de Limoges (non retenu en raison du luxe du site), mansio (non retenu sur le même argument du luxe du site et une distance trop réduite avec Limoges pour ce type d'équipement), praetorium (rejeté pour sa distance avec Limoges), vicus/agglomération (rejeté pour la proximité avec Limoges et la situation perchée), hébergement pour les voyageurs et leur monture. J.-M. Desbordes (2014 : 110) propose finalement l'installation d'une mutatio devenue une véritable agglomération en raison du succès des recette du péage qui aurait été implanté ici.

Il est difficile de suivre les propositions de J.-M. Desbordes qui calque des réalités qui paraissent difficilement mobilisable au coeur de la Gaule. Ce site est de fait classé au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Rancon
Rempnat

Loin d'être parmi les sites funéraires les plus développés de la cité des Lémovices, ces deux gisements correspondraient sans doute à des espaces funéraires d'habitats ruraux au regard de la faiblesse du nombre de sépultures retrouvées.

Il convient alors de classer cette suggestion de G. Lintz au rang de fiabilité 0 des sites rejetés. Cependant, il ne faut pas oublier qu'aucune recherche étendue n'a été menée et que les données archéologiques disponibles datent majoritairement des années 1950.

Saint-Gence
Saint-Gilles-les-Forêts (Mont-Gargan)
Saint-Martin-le-Vieux

Les données archéologiques disponibles ne permettent pas de soutenir l'hypothèse d'une agglomération mais plutôt la présence d'un habitat rural du Bas-Empire. De fait, cette proposition est classée au rang des sites rejetés.

Sauviat-sur-Vige