En cours

Etat fiche

Affichage de 1 à 20 sur 45 notices
Titre Bilan
Ahun

Il s'agit sans doute de l'une des plus importantes agglomérations de la cité des Lémovices. Si beaucoup d'éléments funéraires ou architecturaux sont en remploi dans le bourg et fournissent un aspect de la monumentalisation du site, ils apportent peu d'informations sur la morphologie. Différents espaces (funéraires, thermaux, habitats) se dessinent sans pour autant fournir une riche information sur la structuration de l'agglomération, la densité de l'occupation et l'urbanisation de cette dernière. Il ne fait cependant pas de doutes qu'une agglomération est installée à cet important carrefour routier et l'on peut la classer au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées.

Anglards-de-Saint-Flour

La faiblesse des découvertes n'autorise pas à soutenir la proposition d'agglomération pour
cette commune. De fait, ce site est classé au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Antignac

Les faibles découvertes ne permettent pas de proposer d'interprétation des sites qui sont dispersés sur l'ensemble de la commune. Il n'est alors pas possible de maintenir la proposition d'agglomération antique, même si une occupation (habitat rural, sanctuaire ?) est sans doute présente le long d'une ancienne voie. De fait, il convient de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Briffons

Le dossier archéologique disponible incite à suivre la proposition de Ch. Mennessier-Jouannet et d'interpréter ce site comme un habitat rural de type villa. En effet, les données sont insuffisantes pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération. Il convient donc de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Compeyre

Les découvertes sur cette commune sont insuffisantes pour attester d'une agglomération. Si deux villae semblent bien s'être installées à proximité du Tarn, le lieu de culte de l'Ermitage reste hypothétique et seules des études complémentaires permettraient de revoir ou non cette interprétation.
De fait, cette proposition d'agglomération est classée au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et aucune cartographie sur cadastre ne sera proposée en raison de la faiblesse des données existantes.

Crozant

Cette proposition de G. Lintz (information orale, installation comparable à celle d'Uzerche), en raison d'une longue occupation de l'éperon du Néolithique au Moyen Âge (avec cependant une lacune à l'Âge du Fer et au Haut-Empire), n'est pas suffisamment documentée archéologiquement pour dépasser l'interprétation comme occupation rurale du Bas-Empire attestée par de la céramique sigillée d'Argonne et quatre monnaies. Une reprise des travaux sur l'éperon permettrait peut-être de mieux appréhender l'ensemble de l'occupation et de la caractériser pour chaque phase chronologique. En l'état actuel des connaissances il convient donc de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

G. Lintz présente l'ensemble du mobilier découvert dans l'ouvrage Crozant. Etudes archéologiques (Collectif 1985 : 138-140).

Cruéjouls

Les découvertes sont trop faibles et trop éloignées pour maintenir la proposition d'agglomération (Albenque 1948) sur cette commune. Cette dernière est donc classée au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et aucune cartographie sur fond cadastrale n'est proposée.

Egletons

Si les découvertes, principalement sur la commune de Rosiers-d'Égletons (le bourg médiéval d'Égletons limitant les investigations), attestent d'une occupation antique du territoire, elles ne permettent pas actuellement de proposer l'hypothèse d'une agglomération, uniquement justifiée par un carrefour routier probable et une pérennité comme vicus mérovingien. Aucune concentration antique n'est signalée et les découvertes de céramique et de tuile sont insuffisantes pour attester d'une agglomération.

Il y a certainement un manque important de données archéologiques sur ces deux communes et un suivi systématique des travaux d'aménagement permettrait peut-être de mieux appréhender la forme de l'occupation antique. Actuellement, il convient donc de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés, tout en gardant le dossier ouvert.

Gannat

Dans leur étude des centres de production de céramique du département de l'Allier, D. Lallemand et P. Vallat posaient la question d'une agglomération ou d'une villa en ce qui concerne l'atelier du faubourg Saint-Etienne. Les deux sites mis au jour au nord livrent des vestiges qui semblent caractéristiques d'une villa : marbre, statuaires, hypocauste, antéfixe, meules. L'épandage de mobilier observé dans le bourg de Gannat, au niveau de la place de
l'église est lui aussi bien insuffisant pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération. De fait, il semble plus honnête de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Gelles

Les découvertes sur la commune sont insuffisantes, actuellement, pour maintenir l'hypothèse d'une agglomération (fiabilité 0 des sites rejetés). Cependant, la présence, semble-t-il d'une importante nécropole (cette importance reste cependant à définir) qui ne pourrait être liée à un simple habitat rural isolé et le passage de la voie pourrait étayer l'idée de l'installation d'une agglomération, première à l'ouest de la chaîne des puys sur l'axe Clermont-Saintes.

La Chapelle-Laurent

Les découvertes faites sur la commune par A. Vinatié et publiées par ce dernier ont toutes été reprises, complétées et relocalisées au besoin par K. Prêtre dans le cadre d'un mémoire de maîtrise en 2005, sous la direction de F. Trément. Les interprétations qu'elle propose pour chaque site ne semblent pas pouvoir être remis en question en l'état des données archéologiques disponibles. L'ensemble des sites mis au jour par A. Vinatié est repris de manière critique par K. Prêtre et correspond à des occupations de type habitat rural agricole, voire villa pour l'un d'entre eux. Au regard des inventaires de mobilier disponible dans le mémoire et issu des dépôts du musée de Saint-Flour et des prospections de K. Prêtre, il paraît difficile d'aller au-delà et de proposer la localisation d'une agglomération antique à l'emplacement de l'un de ces sites. De fait, il convient, en l'état actuel, de classer cette proposition au niveau de fiabilité 0 des sites rejetés.

Laguiole

Les découvertes sont trop restreintes pour émettre l'hypothèse d'une agglomération. En effet, si ce site apparaît dans la liste proposée par M. Mangin et F. Tassaux, cette dernière ne repose que sur la tradition orale qui place là « une ville » dénommée « la bilo del clap ». Il paraît plus prudent en l'état actuel des données de classer ce site au rang de fiabilité 0 des sites rejetés. Aucune cartographie n'est donc proposée.

Laissac

Si un important oppidum semble bien avoir été installé sur le territoire de la commune, son occupation ne semble pas s'être développée ni avoir perduré sur une longue durée. Cette occupation protohistorique avortée n'a pas regroupé à sa suite une occupation romaine. Les découvertes antiques faites sur la commune correspondent à de l'habitat rural, sans pour autant que ce dernier soit extrêmement développé.
Il convient donc de classer cette proposition d'agglomération antique au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et de ne pas présenter de cartographie sur fond cadastral.

Lastic

Les données archéologiques disponibles sur ce site sont malheureusement insuffisantes (fanum, voie) pour justifier l'hypothèse d'une agglomération. Seules de nouvelles recherches sur l'environnement immédiat du fanum permettraient d'appréhender le contexte archéologique. De fait, il convient, par prudence et en l'absence d'attestation archéologique suffisante, de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Les Martres-d'Artière

L'occupation antique sur la commune des Martres-d'Artière est riche et de mieux en mieux connue par l'apport de l'archéologie préventive et aérienne. Cet apport récent (2003, 2004 et 2009) permet d'interpréter les sites mis au jour comme une villa viticole (Champ Chalatras), une structure antique peut-être en lien avec la viticulture (Le Marais) et un sanctuaire (La Borde). Malgré la relative proximité de ces vestiges, d'un four de tuilier et de nécropoles, il ne semble pas envisageable de proposer l'existence d'une agglomération à la lecture de ces vestiges dont l'interprétation ne fait aucun doute. De fait, il convient de classer cette hypothèse au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Mazaye

Les informations archéologiques disponibles pour le secteur de la Croix de Couheix restent faibles pour pouvoir avancer la présence d'une agglomération antique. Même si une occupation a bien été démontrée, les données disponibles sont trop limitées pour soutenir l'hypothèse d'une agglomération, uniquement fondée sur la mesure de distance sur la Table de Peutinger (Clémençon, Ganne 2009 : 161). Il semble alors plus prudent, dans l'attente de nouvelles découvertes qui viendraient enrichir ce dossier, de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Moissat

Les découvertes sur la commune de Moissat, ne permettent pas de soutenir la proposition d'une agglomération antique. Si la commune est riche de sites romains, leur dispersion sur le territoire de la commune et les données archéologiques disponibles attestent une mise en valeur importante de la plaine par un maillage d'habitats ruraux dont les plus importants peuvent être interprétés comme des villae. De fait, il convient de classer cette proposition au
rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Molompize

Les découvertes, très dispersées sur la commune, attestent vraisemblablement d'une mise en valeur du territoire par un semi de petits habitats ruraux. Aucune découverte ne permet, actuellement, de soutenir l'hypothèse d'une agglomération antique sur cette commune. De fait, il est préférable de classer cette proposition au niveau de fiabilité 0 des sites rejetés.

Montchamp

Le passage de la voie et la découverte de mobilier antique à proximité en accompagnement de murs en pierres sèches ne permettent pas de justifier archéologiquement la présence d'une halte routière comme proposé dans la bibliographie. En l'absence d'éléments plus précis, il semble raisonnable de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et peut-être de proposer l'interprétation d'habitat rural dans la mesure où les découvertes
archéologiques sont insuffisantes pour proposer une interprétation fonctionnelle.

Montpeyroux

Si une importante exploitation minière a été mise en évidence sur la commune, l'absence de traces d'habitat, à l'heure actuelle, permet difficilement de parler d'agglomération pour ce site. Hormis les tranchées d'extraction, la seule trace d'occupation découverte est un moulin pour broyer le minerai. Ce site est donc classé au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et aucune cartographie n'est proposée.

Pages