Recherche en cours

Eglise

Chef lieu de paroisse

Atelier de frappe monétaire mérovingien

Vicus mérovingien

Présence de portique : Vestiges de rue

Sources aménagées : Sources et puits

Affichage de 1 à 1 sur 1 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Brive-la-Gaillarde

En l'état actuel des connaissances, le site antique de Brive apparait essentiellement comme un espace à vocation artisanale, dont l'activité semble très majoritairement dominée par la production de vaisselles et figurines en céramique et dans une moindre mesure de terre cuite architecturale. On distingue deux phases de production distinctes, l'une allant de la fin du Ier à la première moitié du IIe siècle, l'autre couvrant la deuxième moitié du IIe et le début du IIIe siècle.

Mur de scène : Edifices de spectacles

Affichage de 1 à 2 sur 2 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Ahun

Il s’agit sans doute de l’une des plus importantes agglomérations de la cité des Lémovices. Si beaucoup d’éléments funéraires ou architecturaux sont en remploi dans le bourg et fournissent un aspect de la monumentalisation du site, ils apportent peu d’informations sur la morphologie. Différents espaces (funéraires, thermaux, habitats) se dessinent sans pour autant fournir une riche information sur la structuration de l’agglomération, la densité de l’occupation et l’urbanisation de cette dernière.

Saint-Goussaud

S’il est tentant de classer cette proposition au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées en raison de la présence d’un sanctuaire et d’un théâtre au carrefour de plusieurs voies, l’absence de structures d’habitat connues pose cependant question. Plusieurs mentions de découvertes de tuiles et de céramique à proximité tendent néanmoins à montrer que ces constructions ne seraient pas isolées avec presque 20 bâtiments signalés par l'abbé Dercier.

Péribole : Temples et sanctuaires

Coffre funéraire : Sépultures isolées

Affichage de 1 à 6 sur 6 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Guéret

Les découvertes, malgré leur richesse, ne sont pas suffisantes pour attester d’une agglomération. Il est certain qu’une occupation dense dans le secteur de Guéret soit envisageable, celle-ci semble ancienne et structurée (oppidum), malheureusement les découvertes restent trop faibles pour permettre une caractérisation correcte. Si l’on peut espérer que le développement de l’archéologie préventive apporte de nouvelles données exploitables, il reste difficile actuellement de maintenir la proposition d’une agglomération sur cette commune.

Lastic

Les données archéologiques disponibles sur ce site sont malheureusement insuffisantes (fanum, voie) pour justifier l’hypothèse d’une agglomération. Seules de nouvelles recherches sur l’environnement immédiat du fanum permettraient d’appréhender le contexte archéologique. De fait, il convient, par prudence et en l’absence d’attestation archéologique suffisante, de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés.

Les Martres-d'Artière

L’occupation antique sur la commune des Martres-d’Artière est riche et de mieux en mieux connue par l’apport de l’archéologie préventive et aérienne. Cet apport récent (2003, 2004 et 2009) permet d’interpréter les sites mis au jour comme une villa viticole (Champ Chalatras), une structure antique peut-être en lien avec la viticulture (Le Marais) et un sanctuaire (La Borde).

Montchamp

Le passage de la voie et la découverte de mobilier antique à proximité en accompagnement de murs en pierres sèches ne permettent pas de justifier archéologiquement la présence d’une halte routière comme proposé dans la bibliographie. En l’absence d’éléments plus précis, il semble raisonnable de classer cette proposition au rang de fiabilité 0 des sites rejetés et peut-être de proposer l’interprétation d’habitat rural dans la mesure où les découvertes archéologiques sont insuffisantes pour proposer une interprétation fonctionnelle.

Saint-Bonnet-de-Chirac

Si une occupation protohistorique interprétée comme l’oppidum chef-lieu des Gabales est bien attestée, il est difficile d’être aussi affirmatif quant à la présence d’un habitat groupé antique. En effet, seule la présence d’un fanum sur le sommet du promontoire est attribuable à l’époque romaine. L’ensemble des autres découvertes, en contrebas, est interprété comme trois villae, dont la plus importante serait celle de Félines (Fages, Chardonnet 1997 et CAG 48). Il semble donc délicat de proposer de classer ce site autrement qu’au niveau de fiabilité 0 correspondant aux sites rejetés.

Saint-Poncy

Les travaux d’A. Vinatié montrent une importante occupation au Haut-Empire de l’ensemble des plateaux de ce secteur, sur les communes de Saint-Poncy, La Chapelle-Laurent et Montchamp. Cependant, même si A. Vinatié propose de localiser deux haltes routières sur cette commune, les données archéologiques sont beaucoup trop faibles (tuile et céramique pour les deux cas, voire deux urnes cinéraires pour la Croix-des-Miracles) pour proposer une telle interprétation sous prétexte que ces sites sont en bordure d’une voie.

Coffre funéraire : Nécropole

Affichage de 1 à 3 sur 3 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Ahun

Il s’agit sans doute de l’une des plus importantes agglomérations de la cité des Lémovices. Si beaucoup d’éléments funéraires ou architecturaux sont en remploi dans le bourg et fournissent un aspect de la monumentalisation du site, ils apportent peu d’informations sur la morphologie. Différents espaces (funéraires, thermaux, habitats) se dessinent sans pour autant fournir une riche information sur la structuration de l’agglomération, la densité de l’occupation et l’urbanisation de cette dernière.

Laguiole

Les découvertes sont trop restreintes pour émettre l’hypothèse d’une agglomération. En effet, si ce site apparaît dans la liste proposée par M. Mangin et F. Tassaux, cette dernière ne repose que sur la tradition orale qui place là « une ville » dénommée « la bilo del clap ». Il paraît plus prudent en l’état actuel des données de classer ce site au rang de fiabilité 0 des sites rejetés. Aucune cartographie n’est donc proposée.

Rempnat

Loin d’être parmi les sites funéraires les plus développés de la cité des Lémovices, ces deux gisements correspondraient sans doute à des espaces funéraires d’habitats ruraux au regard de la faiblesse du nombre de sépultures retrouvées.

Il convient alors de classer cette suggestion de G. Lintz au rang de fiabilité 0 des sites rejetés. Cependant, il ne faut pas oublier qu’aucune recherche étendue n’a été menée et que les données archéologiques disponibles datent majoritairement des années 1950.

Thermes : Habitat

Fouilles programmées

Couverture IGN

Archéologie préventive

Affichage de 1 à 2 sur 2 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Ladapeyre

L’étude du site des Montceaux, à travers trois campagnes de prospections géophysiques, a singulièrement renouvelé notre vision et notre interprétation du site. Cette découverte est parallèlement d’un apport substantiel pour l’étude des formes de l’habitat rural de la cité des Lémovices puisque le site correspond à l’une des rares villae à pavillons multiples alignés connues pour la Gaule Aquitaine et plus encore pour le territoire de la civitas.

Saint-Goussaud

S’il est tentant de classer cette proposition au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées en raison de la présence d’un sanctuaire et d’un théâtre au carrefour de plusieurs voies, l’absence de structures d’habitat connues pose cependant question. Plusieurs mentions de découvertes de tuiles et de céramique à proximité tendent néanmoins à montrer que ces constructions ne seraient pas isolées avec presque 20 bâtiments signalés par l'abbé Dercier.

Relevés