Type de sépulture : Sépultures isolées

Affichage de 1 à 3 sur 3 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
La Souterraine

Même s’il est encore difficile de bien appréhender la morphologie de l’agglomération et la densité de l’occupation, il ne fait aucun doute qu’une ville antique soit présente à Bridiers. Les quelques fouilles menées et les différentes découvertes dans le bois montrent une intense occupation structurée du Ier au IIIe siècle. Il s’agit, malgré tout, sans doute, de l’une des agglomérations les mieux connues de la cité des Lémovices, qui, de fait, est classée au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées.

Les Martres-d'Artière

L’occupation antique sur la commune des Martres-d’Artière est riche et de mieux en mieux connue par l’apport de l’archéologie préventive et aérienne. Cet apport récent (2003, 2004 et 2009) permet d’interpréter les sites mis au jour comme une villa viticole (Champ Chalatras), une structure antique peut-être en lien avec la viticulture (Le Marais) et un sanctuaire (La Borde).

Saint-Goussaud

S’il est tentant de classer cette proposition au rang de fiabilité 2 des agglomérations avérées en raison de la présence d’un sanctuaire et d’un théâtre au carrefour de plusieurs voies, l’absence de structures d’habitat connues pose cependant question. Plusieurs mentions de découvertes de tuiles et de céramique à proximité tendent néanmoins à montrer que ces constructions ne seraient pas isolées avec presque 20 bâtiments signalés par l'abbé Dercier.

Type de sépulture : Nécropole

Affichage de 1 à 7 sur 7 notices
Nom commun Bilan (Coupé)
Ahun

Il s’agit sans doute de l’une des plus importantes agglomérations de la cité des Lémovices. Si beaucoup d’éléments funéraires ou architecturaux sont en remploi dans le bourg et fournissent un aspect de la monumentalisation du site, ils apportent peu d’informations sur la morphologie. Différents espaces (funéraires, thermaux, habitats) se dessinent sans pour autant fournir une riche information sur la structuration de l’agglomération, la densité de l’occupation et l’urbanisation de cette dernière.

Ambrugeat

Une reprise de l’étude du secteur du Chambon / Séchemaille (nécropole, habitat ?) serait nécessaire afin d’éclairer le type d’occupation auquel se rattache cette importante nécropole. Les données sont, en effet, actuellement insuffisantes pour attester la présence d’un habitat groupé uniquement à partir de la présence d’une nécropole relativement développée (cinquantaine d’incinérations).

Gannat

Dans leur étude des centres de production de céramique du département de l’Allier, D. Lallemand et P. Vallat posaient la question d’une agglomération ou d’une villa en ce qui concerne l’atelier du faubourg Saint-Etienne. Les deux sites mis au jour au nord livrent des vestiges qui semblent caractéristiques d’une villa : marbre, statuaires, hypocauste, antéfixe, meules. L’épandage de mobilier observé dans le bourg de Gannat, au niveau de la place de

Gelles

Les découvertes sur la commune sont insuffisantes, actuellement, pour maintenir l’hypothèse d’une agglomération (fiabilité 0 des sites rejetés). Cependant, la présence, semble-t-il d’une importante nécropole (cette importance reste cependant à définir) qui ne pourrait être liée à un simple habitat rural isolé et le passage de la voie pourrait étayer l’idée de l’installation d’une agglomération, première à l’ouest de la chaîne des puys sur l’axe Clermont-Saintes.

Laguiole

Les découvertes sont trop restreintes pour émettre l’hypothèse d’une agglomération. En effet, si ce site apparaît dans la liste proposée par M. Mangin et F. Tassaux, cette dernière ne repose que sur la tradition orale qui place là « une ville » dénommée « la bilo del clap ». Il paraît plus prudent en l’état actuel des données de classer ce site au rang de fiabilité 0 des sites rejetés. Aucune cartographie n’est donc proposée.

Les Martres-d'Artière

L’occupation antique sur la commune des Martres-d’Artière est riche et de mieux en mieux connue par l’apport de l’archéologie préventive et aérienne. Cet apport récent (2003, 2004 et 2009) permet d’interpréter les sites mis au jour comme une villa viticole (Champ Chalatras), une structure antique peut-être en lien avec la viticulture (Le Marais) et un sanctuaire (La Borde).

Vic-le-Comte

Les informations disponibles sur cette commune sont trop faibles pour justifier de la présence d’une agglomération antique au seul argument qu’il s’agisse d’un vicus mérovingien. Aussi cette proposition est classée au rang 0 des sites rejetés.